« Decayeux vend ses premières boîtes à colis à San Fransisco » – Les Echos – 16/04/2018

Installé dans la Somme, le leader européen de la fabrication de boîtes aux lettres recueille les fruits de sa participation au CES de Las Vegas. Il installe ses premières boîtes connectées à San Francisco.

La boîte aux lettres made in France connectée fait ses premiers adeptes outre-Atlantique. Son inventeur, l’entreprise Decayeux , implantée depuis un siècle et demi à Feuquières-en-Vimeu (Somme), a conclu un partenariat avec,  WeWork , un aménageur notamment spécialisé dans les espaces de co-working. La première de ces boîtes 2.0 va être installée dans les prochains jours à San Francisco. D’autres devraient suivre, soit une commande de plusieurs «  centaines d’appareils », selon Stéphane Decayeux, codirecteur de l’entreprise avec son frère Antoine.

Le promoteur américain a découvert la technologie de la PME française à l’occasion du dernier CES de Las Vegas. Il a été séduit par ces box, jugées plus polyvalentes et mieux sécurisées que les systèmes utilisant le wi-fi, tels que l’Amazon Locker par exemple. « MyColisBox permet de recevoir des colis de grande taille, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, directement chez soi. Grâce à notre expertise dans les portes, blindées notamment, nous avons pu concevoir un produit très sécurisé », poursuit le dirigeant.

Décollage

Signe des temps, si les ColisBox trouvent leur place dans les espaces de co-working outre-Atlantique, en Europe, elles commencent à intéresser les universités. Un premier contrat a été signé au Royaume-Uni avec celle de Durham et des discussions sont en cours avec Oxford. En France et Allemagne, le système convainc les promoteurs immobiliers.  «  Depuis trois ou q uatre mois, nous constatons un réel intérêt pour nos outils connectés », note Stéphane Decayeux. La preuve : si en 2017, année test, l’entreprise a produit une trentaine de box, elle a en a livré une dizaine pour le seul mois de mars et compte 150 commandes fermes pour cette année.

Embauches

Pour permettre ce décollage, l’entreprise a embauché cinq « prescripteurs », des technico-commerciaux, en France. Cette tendance devrait s’accélérer, avec le lancement programmé de modèles réfrigérés. De grandes enseignes comme Auchan et Les Mousquetaires ont manifesté leur intérêt pour ce type de produits et des essais sont programmés. A plus long terme, l’entreprise picarde compte aussi développer des équipements de congélation, pour lesquels elle doit perfectionner les systèmes de suivi de la chaîne du froid.

Decayeux produit 1,2 million de boîtes aux lettres chaque année. Devenue leader européen de son secteur depuis le rachat de l’allemande JU en 2011, l’ETI familiale emploie 650 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 65 millions d’euros. Elle a investi quelque 600.000 euros pour développer MyColisBox, protégé par un brevet européen.

Guillaume Roussange